Organismes publics français présents en Côte d’Ivoire

Agence française de développement, Institut de recherche pour le développement,

  • Agence française de développement

Établissement public au cœur du dispositif français de coopération, l’Agence française de développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour lutter contre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie ou de contrats de désendettement et de développement, elle finance des projets, des programmes et des études et accompagne ses partenaires du Sud dans le renforcement de leurs capacités.

Pour découvrir les projets de l’AFD en Côte d’Ivoire, rendez vous sur l’infographie

Pour contacter l’AFD, rendez-vous sur la page de l’AFD - Côte d’Ivoire

  • Institut de recherche pour le développement

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) est un établissement public français à caractère scientifique et technologique et à vocation internationale, placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères.

Privilégiant l’interdisciplinarité, l’IRD centre ses recherches, depuis plus de 65 ans, sur les relations entre l’homme et son environnement en Afrique, Méditerranée, Amérique latine, Asie et dans l’Outre-Mer tropical français.
Ses activités de recherche, de formation et d’innovation ont pour objectif de contribuer au développement social, économique et culturel des pays du Sud.

En Côte d’Ivoire, l’IRD concentre ses recherches sur quatre priorités scientifiques qui correspondent à des enjeux majeurs tant au niveau global que local :
- climat : variabilité, risques, modélisation, interactions océan-atmosphère
- populations et sociétés : le politique et le religieux, l’économie, la résilience des populations, la démographie
- santé : les maladies à vecteurs, les sciences sociales appliquées à la santé,
- environnement et ressources : ressources en eaux, ressources marines, ressources végétales, amélioration des plantes.

Pour plus d’informations sur les activités de l’IRD en Côte d’Ivoire, rendez-vous sur http://www.cote-ivoire.ird.fr/

  • Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement

Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) est un établissement public français à caractère industriel et commercial, placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères. Il a pour mission de contribuer au développement des agricultures du Sud, à la lutte contre la pauvreté et les inégalités, par la recherche, la formation, l’enseignement supérieur et le renforcement des communautés scientifiques du Sud.
Les projets et dispositifs de recherche sont conçus et développés avec les institutions nationales de la recherche, du développement agricole et de l’enseignement supérieur (universités), mais aussi avec des organisations paysannes et le secteur privé. L’objectif premier de la plupart de ces projets est de satisfaire la sécurité et la qualité alimentaire des populations, à travers l’intensification et la diversification des systèmes de production agricole, ainsi qu’un développement agricole durable, respectueux des ressources environnementales. Cette disposition est nécessaire, compte-tenu des rapides transformations socio-économiques, territoriales et climatiques qui affectent la sous-région.

En Côte d’Ivoire, le CIRAD a mis en œuvre des techniques d’ultrafiltration permettant de purifier des substances traditionnelles. Associé à l’ Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, l’Institut Polytechnique Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, et une organisation non gouvernementale locale, le CIRAD a développé des méthodes d’extraction utilisables par les PME locales.
Dans le secteur du cacao, le CIRAD opère un suivi de l’économie du cacao et des exploitations, il travaille également sur les problèmatiques de la certification et de la génétique du cacaoyer, etc.
Dans le secteur du cocotier, le CIRAD anime du réseau Cogent, et apporte un appui à la production de semences ainsi qu’au processus de séquençage.
Le CIRAD suit également le projet de restructuration du dispositif de classement de la fibre ; appuie la filière de l’ananas , assure le suivi des plantations d’hévéa ainsi que celui des petits producteurs et grandes implantations industrielles de palmier à huile.

publié le 05/11/2015

haut de la page