Enseignement supérieur et la recherche scientifique

Dernière mise à jour le 6 mars 2012

En Côte d’Ivoire, le constat qui s’impose est celui d’un système d’enseignement supérieur en crise. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce constat. Les derniers évènements liés au contexte socio-politique et les conséquences de la récente guerre n’ont simplement fait qu’accélérer la tendance.

Les effectifs pléthoriques d’étudiants dans les établissements publics d’enseignement supérieur, ont pour conséquence une mauvaise maîtrise des procédures d’inscription et de suivi des étudiants ainsi que de l’organisation des examens. Il s’en suit un rendement interne faible, particulièrement au premier cycle. Les formations dispensées sont peu adaptées au secteur socio-économique.

La Côte d’Ivoire se trouve aujourd’hui confrontée, à court terme, à un manque de perspective de relève des cadres de haut niveau, des cadres moyens et des techniciens supérieurs compétents dans des secteurs clés du développement. On note de grandes difficultés rencontrées par les PME-PMI pour le recrutement d’ingénieurs de qualité.

Dans la perspective d’un accompagnement à la formation des élites, le service de coopération et d’action culturelle apporte son appui sous forme de bourses de formation doctorale, de Master et de séjours de perfectionnement. En 2011 une centaine d’étudiants et d’enseignants ont été concernés par ce type d’appui.

Pour l’année 2012, une nouvelle procédure d’attribution des bourses de formation doctorale et de Master a été mise en place. Afin d’apprécier la pertinence des demandes de bourses, la phase de sélection des candidatures passe désormais par une audition des différents candidats devant un jury franco-ivoirien. Cette procédure permet dans la transparence, de sélectionner les meilleurs candidats en cohérence avec les priorités nationales de la Côte d’Ivoire, en vue de leur perfectionnement, renforcement des capacités ou le renouvellement du corps enseignant. Ce nouveau dispositif est mis en place en liaison avec le Ministère ivoirien de tutelle.

Un projet Fonds de Solidarité Prioritaire est en cours d’instruction. Il a pour objectif principal d’apporter un appui à l’amélioration de la gouvernance universitaire et la rénovation du système universitaire pour le mettre en phase avec les exigences de la réforme académique LMD, avec une professionnalisation des formations supérieures offrant des perspectives d’insertion professionnelle aux jeunes diplômés à l’issue de leur formation. Il contribuera également à l’amélioration de la qualité de l’offre de formation universitaire, par le renforcement des capacités du corps enseignant et, dans une certaine mesure, à la régulation des flux par l’appui à la création de filières professionnelles courtes. La relance des partenariats inter-universitaires est l’une des priorités du SCAC, elle constituera l’un des points essentiels du nouveau projet.

publié le 25/06/2013

haut de la page