La France et la Côte d’Ivoire signent un deuxième Contrat de désendettement et de développement (C2D)

Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, M. Laurent Fabius, et le Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire, ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, M. Daniel Kablan Duncan, ont signé le deuxième Contrat de désendettement et de développement (C2D) le 3 décembre 2014 à Paris, en présence du Président ivoirien, M. Alassane Ouattara.

Reçu à l’Elysée par le président François Hollande le lendemain, le chef de l’Etat ivoirien a indiqué que la France souhaitait « encourager le développement de la Côte d’Ivoire » et poursuivre « la coopération exemplaire entre les deux pays ».

JPEG

Le plus important C2D jamais signé

Le C2D est un mécanisme qui consiste pour la France à convertir les créances d’Aide publique au développement (APD) d’un pays en projets de développement définis conjointement entre le pays partenaire et la France.
D’un montant de 738 milliards de francs CFA (soit 1 125 milliard d’euros), le deuxième contrat entre la France et la Côte d’Ivoire est le plus important C2D jamais signé. Il concerne la période 2014-2020 et sera réparti entre six secteurs prioritaires, les mêmes que ceux du premier C2D 2012-2015 (les deux C2D vont se superposer dans le temps) :

• Education, formation, emploi
• Santé et protection sociale
• Agriculture, développement rural et biodiversité
• Développement urbain, décentralisation, eau et assainissement
• Infrastructures de transport (et notamment l’axe Bouaké – Ferkessedougou et la réhabilitation du pont Houphouet-Boigny)
• Justice
L’objectif est de poursuivre les projets et programmes en cours d’exécution sur les ressources du premier C2D, avec quelques innovations comme l’intégration d’un volet protection sociale, l’extension du développement urbain aux villes secondaires ou encore l’intégration d’une composante de développement local dans les appuis au secteur agricole.

Un bilan à mi-parcours satisfaisant pour le premier C2D

Conclu à Abidjan il y a deux ans, le 1er décembre 2012, pour la période 2012-2015, le premier C2D, qui s’élève à 413 milliards de FCFA (630 millions d’euros), a fait l’objet en mai 2014 d’une revue à mi-parcours qui a dressé un bilan satisfaisant de son exécution. Plusieurs réalisations sont en effet d’ores et déjà visibles ou en voie d’achèvement :

-  la plupart des chantiers de routes et d’eau potable ont démarré ;
-  de nombreuses études ou appuis techniques sont en cours ;
-  plusieurs centres de santé ont été réhabilités par les organisations non gouvernementales du programme humanitaire de la Commission européenne (ECHO) ;
-  la construction du pôle mère-enfant de l’Hôpital Saint Jean Baptiste de Bodo-Tiassalé devrait s’achever en mars 2015 ;
-  des travaux d’urgence ont déjà permis d’améliorer l’accès à l’eau potable pour 580 000 personnes dans les districts des Montagnes et d’Abidjan ;
-  les travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO) ont déjà profité à 2000 jeunes sur les 18 000 bénéficiaires prévus.

Par ailleurs, ce premier contrat a permis de mobiliser des ressources pour financer la lutte contre Ebola à hauteur de 9 millions d’euros.

publié le 16/12/2014

haut de la page