Présentation générale

La Côte d’Ivoire

JPEG

Décalage horaire (par rapport à Paris)

- en été : 2 heures de moins.
- en hiver : 1 heure de moins.

1) Situation

a) Présentation générale

Pays d’Afrique de l’Ouest, d’une superficie de 322 000 km², la République de Côte d’Ivoire est limitée au nord par le Mali et le Burkina Faso, à l’est par le Ghana, à l’ouest par la Guinée et le Liberia. Sa façade maritime, au sud, borde l’océan Atlantique sur 550 km. Le relief peut se diviser en trois grands ensembles :

- les plaines qui s’étendent au sud du pays et s’élèvent progressivement vers l’intérieur, bordées par une côte rocheuse et échancrées à l’ouest et une lagune à l’est (littoral alluvionnaire)
- les plateaux vers le nord coupés par des vallées
- le massif montagneux à l’ouest où culmine le mont Nimba (1 752 m).

On distingue trois types de végétation : la forêt de type équatorial (végétation luxuriante, grandes variétés d’essences, arbres géants) qui occupe les 2/5 du pays à l’est ; la savane au nord (d’abord arbustive puis de plus en plus herbeuse) ; le long de la côte, un cordon alluvionnaire, planté de cocotiers, bananiers, palmiers à huile et hévéas.

Quatre fleuves principaux arrosent le pays : Cavally, Sassandra, Bandama et Comoé.

b) Liaisons avec la France

4800 km séparent Paris d’’Abidjan. De nombreuses compagnies assurent un service régulier direct (deux vols par jour environ) avec Paris : Air France, Corsair (vol charter hebdomadaire), KLM et Royal Air Maroc en correspondance. La ligne Paris-Abidjan sur Air France connaît cependant d’importantes perturbations (annulations et retards qui se répètent).

La durée du vol entre Paris et Abidjan est de 6h30. Le prix d’un vol aller-retour Paris-Abidjan en classe économique est d’environ 600.000 CFA (soit 915 euros) sur Air France. En classe affaires le prix vol aller-retour Paris-Abidjan est d’environ 1.544.400 CFA (soit 2354 euros) sur Air France.

2) Population

La Côte d’Ivoire compte environ 14,7 millions d’habitants dont 3 millions au moins de travailleurs immigrés en provenance des pays voisins (Burkina Faso, Mali, Ghana, Guinée...) établis dans le pays avec leurs familles. On distingue une soixantaine d’ethnies qui font partie de quatre grands groupes : les Voltaïques, dont les Sénoufos (15%) ; les Mandé dont les Malinkés (11%) ; les Akans dont les Baoulés (23%) ; et les Krou.

COTE D’IVOIRE FRANCE
Population (en millions) 14,7 59,2
Densité (habitants au km²) 49,7 108
Accroissement naturel de la population 2,51 0,4
Indice de fécondité 5,7 1,8
Espérance de vie (en années) 47,7 78,5
Urbanisation (en %) 46,4 75,6

3) Climat

La Côte d’Ivoire peut être divisée en deux zones climatiques. Le sud a un climat équatorial marqué par une température quasi-constante l’ensemble de l’année (de 27 à 32° à Abidjan) et un degré hydrométrique élevé variant de 65 à 90 %. Bien que le sud soit régulièrement arrosé, quatre saisons peuvent être néanmoins distinguées :

- grande saison sèche de décembre à avril
- grande saison des pluies de mai à juillet
- petite saison sèche en août et septembre
- petite saison des pluies en octobre et novembre.

Au-delà de la zone forestière, le climat du nord est plus contrasté. La température y est sensiblement plus élevée et l’amplitude thermique plus marquée (de 22 à 35° à Bouaké), l’hygrométrie plus faible et l’ensoleillement plus constant. On distingue deux saisons :

- la saison des pluies de mai à novembre
- la saison sèche de novembre à mai. Vers janvier-février souffle (parfois assez fort) l’harmattan, le vent du Sahara, transportant du sable et désséchant tout sur son passage. La période de novembre à mars est cependant la période la plus confortable pour voyager.

Le climat équatorial à Abidjan n’est pas très salubre, mais les bureaux et les demeures sont généralement climatisés. Moins humide, le climat de Bouaké est plus sain. La pluviométrie annuelle varie de 30 mm à 600 mm.

4) Villes principales

a) Abidjan

Ville principale de la Côte d’Ivoire (3,8 millions d’habitants), dont elle fut la capitale jusqu’au 21 mars 1983. Sa croissance s’est accélérée après 1950 quand elle est devenue le débouché d’un vaste arrière-pays grâce à la voie ferrée du Mossi qui la relie à Ouagadougou (Burkina Faso), et au percement du canal de Vridi qui a permis l’établissement d’un port dans la lagune Ebrié. Outre son rôle administratif majeur (la ville demeure le siège des Ambassades), Abidjan est le plus grand centre industriel de la Côte d’ivoire : transformation des produits alimentaires locaux (cacao, café, huile de palme), raffinerie de pétrole, industries chimiques, industries mécaniques et électriques. Centre intellectuel, elle possède une Université à Cocody, une bibliothèque nationale et divers centres de recherche scientifique (agronomie en particulier). La ville, découpée par la lagune, est formée d’une succession de 10 communes (Plateau, Cocody, Riviera, Treichville) reliées entre elles par des ponts et autoroutes. L’architecture de la ville est très contrastée, allant des bâtiments très modernes jusqu’aux bâtisses aux toits de tôle.

b) Yamoussoukro

Capitale de la Côte d’Ivoire depuis mars 1983(110.000 habitants). La ville est située au coeur de la Savane. Elle est dotée de larges avenues et de grands bâtiments officiels dans un style futuriste construits à l’époque du Président Houphouët-Boigny (Palais présidentiel, la maison du Parti, l’Ecole des Travaux publics). La basilique Notre-Dame-de-la-paix a été édifiée sur le modèle de Saint-Pierre de Rome en 1990. C’est la plus grande basilique du monde. Toutes les structures universitaires ainsi que les ministères et ambassades devraient être regroupés à l’avenir à Yamoussoukro.

c) Bouaké

600.000 habitants. Deuxième ville du pays, située à 380 km d’Abidjan sur un plateau. La ville est au centre du pays et peuplée de pratiquement toutes les ethnies ivoiriennes, même si la dominante est baoulé. Autrefois la ville était un important marché aux esclaves des Portugais. Les activités économiques sont diverses. La ville abrite l’un des plus grands complexes textile de l’Afrique francophone, une université et des instituts de recherches (Centre Pierre Richet de recherche sur les maladies transmises par les insectes). Dans les environs, se trouve un centre de recherche international sur le riz (ADRAO). La ville est aussi un carrefour commercial de première importance entre le Mali, le Burkina Faso et Abidjan, ainsi qu’un important marché agricole pour la région (coton, café, cacao, tabac, riz, igname, huile de palme, etc.). Plusieurs écoles (sylviculture), une université, et des antennes vétérinaires, agricoles et météorologiques du gouvernement y sont regroupés.

d) Daloa

Capitale du pays Bété. 135.000 habitants. C’est une ville-étape entre Yamoussoukro et Man.

e) San Pedro

90.000 habitants. Situé au sud-ouest du pays, San Pedro est le premier port de Côte d’Ivoire : exportation de bois, pêche. De nombreuses industries et activités y sont concentrées attirant ainsi beaucoup de demandeurs d’emplois.

Pour plus d’informations vous pouvez consultez "Présentation de la Côte d’Ivoire" sur le site de France Diplomatie cliquez-ici

publié le 06/06/2013

haut de la page