Qu’est-ce que le projet AMRUGE-CI ?

Projet d’Appui à la Modernisation et à la Réforme des Universités et Grandes Ecoles de Côte d’Ivoire
(AMRUGE-CI)

1. Contexte de l’élaboration du projet

L’engagement financier du Gouvernement ivoirien pour moderniser son système d’enseignement supérieur et de recherche est réel et traduit l’importance qu’il accorde à ce sous-secteur. Les besoins identifiés pour mener à bien ce vaste chantier sont telles qu’un accompagnement financier sous des formes diverses des principaux partenaires de la Côte d’Ivoire, dont la France, est nécessaire. C’est dans ce contexte que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a sollicité l’appui de la France dans le cadre de la mise en œuvre en Côte d’Ivoire, du Contrat de Désendettement Développement (C2D).

En effet, pour la préparation de ce C2D, plusieurs missions ont été effectuées par les experts français de la Direction générale du Trésor (DGT), de la Mission Gouvernance Démocratique (MGD) du Ministère des Affaires Etrangères (MAE), du Département Afrique de l’Agence Française pour le Développement (AFD) et de la Direction Générale de la Mondialisation (DGM) du Ministère français des Affaires Etrangères.

Ces missions respectives avaient pour objet :

  • d’expliquer et de présenter le mécanisme et les principes du financement C2D ;
  • d’identifier en fonction des capacités de remboursement de la Côte d’Ivoire, avec les autorités ivoiriennes, les orientations à donner au futur C2D à court, moyen et long termes, ainsi que les priorités affichées par le Gouvernement ivoirien et
  • d’identifier les secteurs potentiels d’application de la première phase de ce contrat d’une durée de 3 ans.
    Lors des échanges avec les membres des missions respectives, les besoins dans le sous-secteur de l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique pour sa rénovation et en faire un système efficient au service du développement, ont été présentés de façon globale par les partenaires ivoiriens. D’une façon générale, il ressort des échanges que, le système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique est à l’image de la société ivoirienne toute entière, en proie à des difficultés de tous ordres et la jeunesse estudiantine, en est la première victime.

2. Contenu de projet AMRUGE-CI

2.1 Finalité

La finalité du projet AMRUGE-CI soumis au financement du C2D est de contribuer à la rénovation du système ivoirien d’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, afin de le rendre plus efficient avec une offre de formation supérieure en adéquation avec le marché de l’emploi, lui permettant de participer activement dans ce contexte de processus de sortie de crise, au développement économique et social de la Côte d’Ivoire.

2.2 Objectif général et objectifs spécifiques

Au regard de la multiplicité et de la complexité des contraintes qui caractérisent l’enseignement supérieur et la recherche scientifique en Côte d’Ivoire, force est de reconnaître qu’il y a un véritable consensus autour de la nécessité de réformer ce sous-secteur, en cohérence avec les exigences liées au développement économique et social de ce pays. Le projet AMRUGE-CI a pour objectif général, par une restauration et une modernisation des capacités de formation notamment pour les filières considérées comme prioritaires, de créer des conditions propices au développement du système d’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en adéquation avec les standards internationaux.

Ainsi, Il s’agit d’accompagner la généralisation de la mise en place du système académique LMD dans tous les établissements d’enseignement supérieur avec les préalables, compte tenu du contexte, relatifs aux renforcements des ressources humaines, des capacités informatiques, documentaires et de recherche.

2.3 Contenu du projet AMRUGE-CI

Dans le cadre de ce premier C2D, pour plus de lisibilité et une recherche d’efficience maximale, compte tenu de la durée du projet (36 mois), le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a décidé de porter prioritairement l’action du projet sur les domaines de formation suivants :

-  Sciences de la santé et
-  Sciences et Technologies
Il s’agit, à partir de l’appui apporté à ces domaines de formation, de renforcer les capacités les pôles de compétences de recherche Santé et Technologies correspondantes, identifiées par les partenaires ivoiriens.

2.4 Description succincte et modalités de mise en œuvre

Pour la mise en œuvre du projet AMRUGE-CI, 4 volets différents ont été identifiés. Dans la phase opérationnelle, il est prévu que chaque volet fasse l’objet d’un lot particulier avec des modalités spécifiques de mise en œuvre. Les volets identifiés sont les suivants :

Volet N°1 - Lot N° 1 : « Ingénierie de formation et pédagogique »

Compte tenu de son expertise avérée dans le domaine, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS) a proposé que le Lot N°1 soit attribué sans appel d’offres à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Les activités (définition et programmation) seront mises en œuvre par l’AUF en liaison avec le MESRS et les responsables universitaires.
Pour la mise en œuvre de ce volet relatif au LMD, l’AUF mobilisera l’IPAGU (Institut Panafricaine de Gouvernance Universitaire), l’IFGU (Institut de la Francophonie pour la Gouvernance Universitaire), l’IFIC (Institut de la Francophonie pour l’ingénierie de la connaissance) et les ressources du bureau régional pour l’Afrique de l’ouest et de ses 10 campus numériques pour les formations portant notamment sur :

-  La connaissance du contexte général de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en Afrique et dans le monde à l’attention des présidents des universités, des Vice-présidents, des Secrétaires généraux, des directeurs des UFR, des responsables des structures de recherche et des Ecoles doctorales, des services de coopération, du personnel administratif ;
-  Les cadres juridiques, législatifs et organisationnels indispensables pour engager une telle réforme ;
-  La démarche qualité, l’évaluation ;
-  La reconfiguration des offres de formation, leur validation et leur gestion en relation avec l’environnement économique et social ;
-  Les outils de pilotage, de gestion, de suivi et de contrôle.
L’AUF devra également par souci d’harmonisation au niveau sous-régional capitaliser et valoriser les acquis obtenus dans le cadre du REESAO (Réseau pour l’Excellence de l’Enseignement Supérieur en Afrique de l’Ouest). Un travail important relatif à la définition des standards LMD a été effectué par le REESAO et il devra servir de point d’ancrage pour les activités relatives à l’harmonisation des offres de formation au format LMD. Les séminaires qui seront organisés impliqueront par conséquent les partenaires universitaires de la sous-région et des universités françaises. Elle pourra aussi s’appuyer pour la mise en place du LMD sur l’expertise de l’assistance technique française en poste au service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire.

Pour les formations destinées aux administrateurs systèmes et réseaux, elles seront réalisées sous Linux avec des normes ouvertes et comme champs d’application :

-  la gestion des serveurs ;
-  La gestion de la messagerie électronique ;
-  La gestion de divers sites (CMS, LMS…)
-  La gestion des bases de données ;
-  Le support client ;
-  La mise en œuvre d’intranet.

Un chantier école auquel participera tout le personnel formé permettra le transfert effectif des savoirs faire. A l’issue de la formation, un stage de perfectionnement d’une durée de 5 jours en administration de systèmes et de réseaux permettra de valoriser les compétences professionnelles des acteurs. Une certification internationale en informatique sera proposée à celles et ceux qui souhaitent valider leurs compétences.
En ce qui concerne les nouveaux logiciels de gestion des bibliothèques, l’AUF proposera un plan de formation d’un personnel dédié dans les 5 universités publiques et les grandes écoles (environ 150 personnes). Pour le choix du logiciel même, il s’agira d’un logiciel libre et ouvert de gestion de bibliothèque. L’AUF proposera des formations à la maîtrise de cet outil.

Volet N°2 - Lot N° 2 : « Renforcement des capacités informatiques des établissements publics d’enseignement supérieur »

Le Gouvernement a décidé de faire de l’e-Education une composante essentielle du développement économique, social et culturel, de la Côte d’Ivoire. Cette volonté est soutenue par le Projet de « Réseau Panafricain de Services en Ligne ». Les TIC devront :
Soutenir les secteurs clés de l’éducation, de l’enseignement, de la formation et de la recherche scientifique ;
Améliorer les services d’enseignement et soutenir leur bonne gouvernance en permettant de faire la gestion numérique de l’espace de travail, le travail collaboratif et la formation à distance ;
Permettre l’accessibilité des populations au savoir, n’importe où et n’importe quand, sur toute l’étendue du territoire et renforcer la position de leadership régional du pays ;
Soutenir la formation continue des professionnels de l’enseignement et la recherche.

En vue de la réalisation de ces objectifs, le Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication a décidé en collaboration avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de mettre en place une solution d’interconnexion dénommée RITER en vue de la réalisation des infrastructures TIC des universités de Côte d’Ivoire. Ce réseau d’interconnexion intra et inter-universitaires est dédié, il comprend un Datacenter, un accès internet haut débit, et des outils de télé-enseignement.

Pour la préparation de la rentrée universitaire 2012/2013, après les travaux de réhabilitation, la Direction de l’Information Scientifique et Technologique (DIST) du Ministère de l’Enseignement Supérieur a coordonné en liaison avec le Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, dans le cadre du RITER toutes les activités de rééquipement informatique des établissements d’enseignement supérieur (câblage fibre optique, réseautage, bornes WIFI, système de visioconférences, …). Elle possède par conséquent un état des lieux précis de ce qui a été réalisé depuis et des besoins en renforcement des capacités informatiques, ainsi que sur le plan technique du type de matériel complémentaire nécessaire. La DIST pourra de ce fait, dresser de façon exhaustive les besoins en renforcement des capacités informatiques. En cohérence avec la vision sous-régionale (REESAO) et celle du CAMES, pour faciliter la mobilité des apprenants dans cet espace, les établissements d’enseignement supérieur en Côte d’Ivoire ont choisi le progiciel COCKTAIL dans toutes ses dimensions. Le renforcement des capacités informatiques se fera de façon conjointe avec l’installation de ce progiciel et la formation du personnel administratif et de scolarité des 5 Universités et Grandes Ecoles publiques. Un plan de formation sera proposé à cet effet.

La mise en œuvre de ce Lot N°2 fera l’objet d’un appel d’offres avec la possibilité d’associer un cabinet ayant une expertise avérée dans la mise en œuvre du progiciel COCKTAIL et un fournisseur de matériel informatique. Les conditions de suivi et de maintenance du matériel informatique qui sera acquis, seront des critères déterminants lors de la sélection des propositions. De plus, afin de faciliter le suivi et rendre visible l’appui de la France pour le renforcement des capacités informatiques, sur chacun des appareils informatiques acquis dans le cadre du C2D, il sera gravé avant la livraison, de façon indélébile et visible, la mention « Appui de la France dans le cadre de la mise en œuvre du Contrat de Désendettement Développement 2012-2015 ». Cette opération sera inscrite dans le contrat et sera réalisée par le prestataire qui aura gagné le marché.

Volet N°3 - Lot N° 3 : « Renforcement des capacités documentaires en liaison avec la mise en place du LMD »

La Direction de l’Information Scientifique et Technologique du MESRS possède en son sein un service dédié à la documentation. Ce service pourra réaliser un état des lieux exhaustif des besoins en renforcement des capacités documentaires. La complémentarité du C2D avec le projet FSP AGURES permettra à ce dernier de réaliser en liaison avec le service dédié à la documentation du DIST, un état des lieux des ressources documentaires et une étude sur l’évaluation des besoins qui permettra de disposer des listes d’ouvrages actualisées avant la disponibilité des fonds C2D. Les laboratoires de recherche des 2 pôles de compétences de recherche seront concernés au même titre que les bibliothèques des domaines de formation retenus. Sur la base de ces listes actualisées des besoins en ouvrages, ce lot N°3 fera l’objet d’un appel d’offres.

Volet N°4 - Lot N° 4 : « Renforcement des capacités de recherche et des ressources humaines »

Le renforcement de la recherche scientifique en Côte d’ivoire, se fera par l’amélioration de la gouvernance des institutions de recherche, l’équipement des laboratoires de recherche des pôles Santé et Technologie, ainsi que le financement des projets de recherche. Il se fera également avec l’objectif de renforcer l’intégration régionale des équipes de recherche afin de créer une véritable dynamique de développement de la recherche en Côte d’Ivoire. Les collaborations d’universités d’autres régions africaines et françaises, notamment dans le cadre de la relance des partenariats franco-ivoiriens dans le domaine de la recherche, seront privilégiées.

Compte tenu du couplage entre les activités de renforcement des capacités de recherche et celles du renforcement des ressources humaines et afin d’introduire une cohérence dans la mise en œuvre des activités, Le MESRS propose que ce lot fasse l’objet d’une attribution conjointe à l’IRD pour le compte de l’AIRD et à Campus France. Ces deux Agences pourront pour la mise en œuvre de ce lot, s’organiser en consortium. Toute la partie relative à la gestion de la mobilité des enseignants chercheurs, chercheurs, étudiants et personnels de soutien sera exclusivement confiée à l’opérateur Campus France. La sélection des candidats à une bourse de formation ou de perfectionnement se fera en liaison avec le MESRS.

L’AIRD mobilise, fédère et anime la recherche française pour le développement, en partenariat avec les pays du Sud, au travers de programmes de recherche, de formation, d’innovation et de diffusion des connaissances au Sud. Elle traite de l’ensemble des thématiques scientifiques intéressant le développement.

L’AIRD peut mobiliser ses 6 membres fondateurs (Cirad, CNRS, Inserm, IRD, Institut Pasteur, Conférence des Présidents d’Université). L’Agence s’appuie sur la capacité scientifique française et sur leur réseau de partenaires dans les pays du Sud. La Direction générale déléguée à l’AIRD, regroupe des services spécialisés dans la mise en œuvre de programmes de recherche et de valorisation de la recherche.

Pour les activités liées au renforcement de la gouvernance et l’organisation de la recherche, l’AIRD s’appuiera sur son expérience en matière de programmation qu’elle joue au sein des alliances thématiques de recherche en France. A travers sa participation à des structures telles que les unités mixtes de recherche (y compris des unités mixtes I, ou LMI et LIA et ou les JEAI internationales en partenariat avec la RC). Les établissements membres de l’AIRD, ont l’expérience de la recherche de collaboration inter-organismes.

Le renforcement des capacités en ressources humaines, pour ce premier exercice du C2D ne concernera que les 2 pôles de compétences prioritaires retenus Santé et Technologies. Une procédure de sélection des candidats aux bourses de Master et Doctorat a été mise en place de façon conjointe par le MESRS et la coopération française. Elle est actuellement opérationnelle. Il s’agit de sélectionner en toute transparence les bénéficiaires potentiels après audition de tous les candidats et un classement par ordre de mérite.

La complémentarité avec le projet FSP-AGURES (Appui à la Gouvernance Universitaire et à la Réforme de l’Enseignement Supérieur) permettra à ce projet de lancer la procédure de sélection des candidats par le jury mixte franco-ivoirien mis en place sans attendre la disponibilité des fonds C2D. Ainsi, dès la signature de la convention de prestation de service par l’opérateur et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, les opérations de mise en route des bénéficiaires pourront être lancées.

L’appui attendu dans le cadre du C2D permettra de consolider les réformes engagées et d’équiper les structures universitaires et de recherche. Il a été prévu que le projet AGURES accompagne la réalisation de toutes ces activités préalables à la phase opérationnelle du C2D pour ce sous-secteur.

PDF - 468.7 ko
Le projet AMRUGE-CI

publié le 26/08/2013

haut de la page